Août 2019

Août 2019

Le mois de juillet s’est finalement révélé assez calme avant la tempête du mois d’aout et les déclarations tonitruantes de Donald Trump. Les données macro-économiques étaient pourtant alarmantes mais les marchés l’ont vu d’un œil positif : macro-économie en berne rimait avec baisse de taux de la part des banques centrales et donc continuation de la hausse des actifs risqués. Le raisonnement est peut-être court termiste mais il fonctionne depuis des semaines, voire depuis des années.

LES TOPS DU MOIS

LES FLOPS DU MOIS

• Baisse de taux de la part de la Federal Reserve US

• Saison des résultats des entreprises globalement positive

• L’arrivée de Boris Johnson à la tête de l’exécutif britannique ne sort pas le Brexit de l’ornière

• Les données macro-économiques militent pour un ralentissement de la croissance

• Les négociations commerciales entre la Chine et les US sont dans l’impasse

 

L’ALLOCATION TACTIQUE

ACTIONS : calme estival ?

Les marchés actions ont globalement fait du sur place en juillet (CAC40 + 0,36%, S&P500 + 0,54%) tiraillés entre des nouvelles macro-économiques de mauvaise facture et des perspectives de baisse de taux (favorables aux actifs risqués). Des nouveaux plus hauts pluriannuels ont tout de même été touchés (Europe et US) portés par des publications des résultats des entreprises globalement de bonne facture. La rotation sectorielle en faveur des valeurs cycliques s’est poursuivie, ce qui peut paraitre contre intuitif dans une période d’incertitudes macro-économiques.

OBLIGATIONS : toujours plus bas

L’évènement marquant sur le front obligataire a été la baisse de 0,25% des taux directeurs de la part de la Reserve Federal américaine. Jerome Powell, son président, a donné trois raisons à ce mouvement : la montée des risques (guerre commerciale notamment), les effets négatifs de ces risques sur l’économie américaine et enfin la faiblesse de l’inflation. Bien que Jerome Powell ait indiqué que cette baisse de taux n’augurait rien pour la suite, les investisseurs anticipent encore trois baisses de taux d’ici la fin de l’année. La Banque Centrale Européenne a fait également part de ses velléités de maintenir sa politique très accommodante.

Dans cet environnement, les taux souverains ont à nouveau baissé. Les taux européens ont enregistré de nouveaux records à la baisse. Les taux 10 ans français passent de 0% à -0,18% et les taux allemands à 10 ans fleurtent désormais avec -0,50% (-0,44% exactement à fin juillet).

MATIERES PREMIERES : pause

L’or marque une pause dans sa fulgurante remontée depuis le printemps. L’once d’or gagne un peu moins de +1% pour s’inscrire à $1438. Le pétrole est resté volatil (entre $55 et $60) mais finit le mois quasiment inchangé.

MACROECONOMIE

Alors que l’économie globale n’en finit pas de ralentir, les Etats-Unis font preuve de résilience grâce aux consommateurs et aux services. Le nombre de créations d’emplois rassure mais plusieurs indicateurs suggèrent que les conditions se détériorent tout de même. Pour le reste de l’économie (Chine, Europe notamment) la situation est plus claire : la question n’est pas de savoir s’il y a ralentissement ou pas mais de savoir jusqu’où il va aller.

Cela étant dit, les indicateurs avancés suivis (cf. tableau) ont légèrement rebondit en juillet sans remettre en cause la tendance de fond.

Préconisations

A surveiller

Tensions commerciales
L’évolution du conflit qui oppose la Chine et les US sera scruté de près.

Brexit
L’échéance du 31 octobre approche

Italie
Matteo Salvini est proche de faire tomber le gouvernement. Un nouveau bras de fer avec la commission européenne serait préjudiciable.

Avertissement
Ce document est exclusivement réservé à la clientèle de L’offis . Il ne constitue en aucun cas un conseil d’achat ou de vente. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. Il n’existe pas d’actif garanti.