Juin 2019

Juin 2019

Les tweets de Donald Trump et l’escalade dans la guerre commerciale ont eu raison des marchés d’actifs risqués. Les actions chutent dans toutes les zones ainsi que les taux obligataires.

LES TOPS DU MOIS

LES FLOPS DU MOIS

• La saison des résultats d’entreprises s’est terminée sur une note positive

• La confiance du consommateur américain retrouve ses plus hauts

• Donald Trump met le feu aux poudres et intensifie la guerre commerciale. Les négociations entre le Chine et les US semblent rompues

• Après la Chine, Donald Trump annonce des sanctions sur le Mexique

• Le Brexit dans l’impasse

• Bras de fer entre la commission européenne et l’Italie

 

L’ALLOCATION TACTIQUE

ACTIONS : Sell in May and go away !

Les actions mondiales chutent de -6% et ce de manière peu différenciée. Ainsi l’Eurostoxx50 cède -6.66%, le S&P 500 -6.58% et les marchés émergents -7.5%.

Les secteurs les plus cycliques sont à la peine. En Europe, la consommation discrétionnaire baisse de -8.12%, les biens industriels de -7.29%. La baisse des taux fait replonger les financières dans le marasme. Les services financiers perdent -9.08%. Les secteurs défensifs comme la consommation de base (-1.67%), la santé (-1.85%) ou encore les services aux collectivités (-2.14%) s’en tirent logiquement mieux.

Globalement le style croissance sur performe très largement le style value (-3.76% versus -6.31%). De même les actions de petites capitalisations sous performent les actions de grandes capitalisations.

OBLIGATIONS : des taux de plus en plus bas

Face aux tensions sino-américaines et aux révisions baissières des perspectives de croissance en Zone euro, les taux baissent aux états-Unis et dans les pays cœurs de la Zone euro. Les investisseurs parient de plus en plus sur une baisse des taux directeurs de la part de la banque centrale américaine alors même qu’il y a un peu plus de 6 mois ils voyaient deux hausses de taux en 2019. Les taux à 10 ans US baissent de -0.37% sur le mois. Les taux à 10 ans allemands, quant à eux, baissent de -0.21% pour retrouver leurs plus bas historiques à -0.20%.

Sur le front des obligations d’entreprises, les « spread de crédit » (prime de risque obligataire entreprises) montent fortement en lien direct avec les tensions sur les actifs risqués. Le segment du « High Yield » est particulièrement impacté.

MATIERES PREMIERES : les craintes sur la croissance pèsent

Les cours du pétrole ont évolué au gré des tweets de Donald Trump. La nouvelle du non-renouvellement des dispenses accordées aux acheteurs de brut iranien avait propulsé les prix vers les 75$/b (Brent). Toutefois, le président américain a par la suite indiqué qu’il mettrait la pression sur l’OPEP pour maintenir des prix bas. Finalement, les tensions sur la croissance ont le dernier mot. Le pétrole WTI chute de -16% sur le mois. Les autres matières premières liées au cycle économique baissent fortement : le cuivre abandonne -9.56% et le Zinc -10.67%. L’or joue son rôle de valeur refuge (+1.62%) et profite de la baisse des taux de rendement réels (taux nominaux – inflation).

MACROECONOMIE

Aux états-Unis, face au manque d’avancée des négociations commerciales avec la Chine, le Président américain a décidé de faire passer de 10% à 25% les droits de douanes sur 200 Mds$ de biens chinois importés, à partir du 10 mai. Ces tensions commerciales ne sont pas qu’une histoire de rhétorique et les investisseurs ont pu constater un tassement général des indicateurs avancés. Seule la confiance du consommateur US s’est révélée en hausse dans un contexte de plein emploi très favorable.

En Europe, la Commission Européenne a mis à jour ses prévisions de croissance pour 2019 en les révisant à la baisse (1,2% pour la zone Euro, avec une croissance allemande à 0,5%).

Préconisations

A surveiller

Guerre commerciale
Ce sera surement le feuilleton de l’été. Les soubresauts des tensions entre les US d’un côté et la Chine, l’Europe et le Mexique de l’autre « donneront le la » sur les marchés.

Politique européenne
Entre le Brexit et le bras de fer entre la commission et l’Italie, les investisseurs européens ne seront pas épargnés.

Avertissement
Ce document est exclusivement réservé à la clientèle de L’offis . Il ne constitue en aucun cas un conseil d’achat ou de vente. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. Il n’existe pas d’actif garanti.